à propos de Serge Boularot

 

portrait_giroussens_2016.JPG
 
 

 

 

Expositions récentes

  • 2017 - Pathos, céramiques, Salon Contrastes E.N.S.A.I.T. à ROUBAIX
  • 2016 - Phyllotaxies,  résonance(s) salon européen des métiers d’art STRASBOURG
  • 2016 - Collectif Dare d’art, salon des arts et du feu MARTRES TOLOSANES
  • 2016 - Terre et Toile, Biennale de la céramique VILLEFRANCHE DE ROUERGUE
  • 2016 - Maîtres verriers contemporains, CONQUES
  • 2016 - Feux sacrés, Céramiques, VERNEUIL SUR AVRE
  • 2016 - Parcours sculpture, Céramique contemporaine à GIROUSSENS
  • 2016 - Terra Terre, Biennale de céramique contemporaine de BRUXELLES
  • 2015 - Objets habités, Art dans la ville, Fours à Chaux de Chercq TOURNAI BELGIQUE
  • 2015 - Madame est servie, WCC-BF Mons 2015 MONS BELGIQUE
  • 2015 - Affinités subjectives, avec R. Blanc-Bessière et C. Schpilberg RODEZ
  • 2014 - L’Art à la Rue, Cité Nature ARRAS
  • 2014 - Journées de la Céramique, sculptures SARS-POTERIES

 

Expositions personnelles

  • 2015 - Céramiques, galerie associative du V.R.A.C. ARMENTIERES
  • 2011 - MDV, installation dans la vitrine de M. Désidéri ARRAS
  • 2010 - Dans le corps de la Matière La Plus Petite Galerie Du Monde ROUBAIX
  • 2009 - Papiers galerie associative du V.R.A.C. ARMENTIERES
  • 2008 - L’éclat des ténèbres Centre Culturel Balavoine ARQUES
  • 2008 - Matière Anatomie Couleur Siège social du Crédit Agricole LILLE
  • 2007 - Peinture à… Agence C.I.C. LA MADELEINE
  • 2005 - humeurs Centre Marius Staquet MOUSCRON BELGIQUE
  • 2004 - Peine-Ombre Galerie du C.S.E. HAZEBROUCK
  • 2002 - Des êtres de peinture Le Vivat d’ARMENTIERES
  • 2002 - Figures -couleurs Galerie cadre ap’ Art LILLE
  • 2001 - Résidence à Rome dans le cadre de l’Atelier Wicar
  • 2000 - Fragments intimes Galerie de l’Atelier 2 VILLENEUVE D’ASCQ
  • 2000 - Papiers Agence JPGC MARCQ-EN-BAROEUL
  • 1998 - transparences Château de COUPIAC
  • 1998 - Fragile (configuration et scénographie) Théâtre en scène ROUBAIX
  • 1995 - Sous-entendus Galerie Henri Matisse SECLIN
  • 1994 - 50 figures et quelques autres… Galerie de l’Acacia LILLE-HELLEMMES
  • 1991 - Au nord des souffles Bibliothèque Municipale VALENCIENNES
  • 1991 - Territoires Maison Jules de Boët LILLE
  • 1990 - A l’instant du chant, l’oiseau… Maison de la Poésie BEUVRY
  • 1990 - Auditorium Saint Nicolas VALENCIENNES
  • 1989 - Territoires singuliers Galerie Septentrion MARCQ-EN-BAROEUL
  • 1988 - Atelier Fauve PARIS
  • 1987 - Au nord des souffles Maison Mansart PARIS
  • 1986 - Paysages déployés Hôtel de ville COMINES

 

Repères biographiques et artistiques / Démarche

Depuis plus d’une trentaine d’années, je vis et travaille dans le Nord de la France, à Lille. Ma formation, à Paris, s’est partagée entre les Arts Appliqués, les Beaux-Arts et les Arts Plastiques. J’ai enseigné l’expression plastique à l’École Supérieure d’Arts Appliqués et du Textile de Roubaix

Après une formation classique où le dessin était prédominant, j’ai d’abord peint des paysages qui se sont prolongés dans des compositions proches de l’abstraction : les Territoires

 

Poursuivant le travail du paysage, les « configurations » développent, dans les années 90, les frontières changeantes d’un univers intérieur et onirique dans des papiers déchirés, assemblés et colorés,. En 2004 ces configurations sont le substrat d’une réalisation monumentale : le 1% artistique du collège Arthur Rimbaud à Villeneuve d’Ascq, sur les poèmes «Voyelles» et «Le Bateau ivre». Récemment, quelques Livres d’Artiste en sont issus. Des projets paysagistes en verre dans les techniques du thermoformage et du fusing, sont en projet. Mon intérêt pour les formes naturelles m’a orientée récemment vers une série de pâte de verre : les Philotaxies. Nées de la fascination pour l’organisation de certaines formes : fractales du choux romanesco, régularité apparente des structures de l’ananas, ordre des graines des cucurbitacées… La nature, transposée dans la transparence du verre, offre des angles de vue inouïs. La géométrie des coupes et des blocs la met en scène et la donne à voir autrement.

 

À partir de 1992, des formes féminines allusives émergent dans ma peinture : Les Figures. Après une résidence à Rome en 2001 dans le cadre de l’Atelier Wicar, une fondation de la ville de Lille, ma recherche s’intensifie autour de la représentation du corps humain omniprésent dans la statuaire gréco-romaine, les fresques de la Renaissance et la grande peinture baroque.

 

Par l’usure du temps et leur dégradation, certaines œuvres laissent entrevoir leur matérialité. Les textes de Marguerite Yourcenar et d’André Malraux nous parlent de notre sensibilité devant ces témoins du passé, les stigmates du temps qu’ils portent et la vanité des œuvres humaines. Mon activité d’enseignement en expression plastique, m’a naturellement porté à analyser les chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art et le champ de l’art moderne et contemporain. Le projet des Figures a pris tout son sens à partir de ces lectures, celle des vestiges de l’Antiquité gréco-romaine comme celle des œuvres picturales et sculpturales des grands maîtres d’hier et d’aujourd’hui. Je développe depuis plusieurs années une réflexion sur le matériau, comme vraie nature de l’œuvre. J’expérimente les relations complexes et diverses qui s’établissent entre la figure et le matériau qui la constitue ou la matière picturale dans laquelle elle est représentée. Mon travail interroge la représentation du corps, par la mise en œuvre de techniques diversifiées qui explorent le champ de l’expression plastique.

 

L’aventure a commencé par une picturalité de plus en plus présente dans la peinture. Elle se concrétise actuellement dans des œuvres picturales sur le thème du corps, ensembles et fragments, et dans des sculptures de céramique, de papier, bientôt de verre.


Entre le dessin, la matière picturale, le papier, la céramique, le verre, ce travail figuratif se veut surtout plastique. Cette double dimension de l’image du corps inscrite dans la matière, témoigne d’une correspondance entre l’être humain et sa représentation. Qu’elles soient sourdes ou impérieuses, ce sont les mêmes pulsions qui animent le corps représenté et le matériau qui le constitue. La matière y prend sens, et la forme humaine y trouve sa force expressive.