15 février
2019

Actualités

La vie Nue

…Aujourd’hui, une autre matière a pris la place de la terre opaque dans les fours à haute température de Serge Boularot. Avec de nouvelles cuissons, l’artiste poursuit sa recherche dans la fusion du verre et du cristal et ce qu’il donne à voir c’est une nouvelle présence, pure transparence que le regard traverse avec stupéfaction sans en épuiser la profondeur…

 

C’est avec ces mots, précis, profonds, et d’autres encore (voir le texte complet sur mon travail ci-après), qu’Annie Gamet parle de mon travail de verrier. Annie est une amie de longue date et je savais son regard et son esprit attentifs à mon travail, mais je n’imaginais pas à quel point son analyse pouvait pénétrer si justement dans l’esprit de ma démarche.

 

Le choix de l’illustration de la couverture des deux éditions des traductions françaises des textes de Gianluca Virgilio : Résonances salentines et  La vie nue, s’est à chaque fois porté sur la reproduction d’une de mes œuvres. Elle a pu y voir des correspondances ; celle entre les textes de Gianluca et mes sculptures, celle entre la terre enfumée et le cristal transparent. C’est une autre complicité, qu’elle en soit remerciée.

 

Ci dessous les couvertures des deux parutions.

couvertures_blog.JPG
 

 

Quelques information sur les livres en cliquant sur les liens ci-dessous

http://www.iuncturae.eu/2017/04/12/introduction-a-resonances-salentines/

http://www.iuncturae.eu/2019/01/08/introduction-a-la-vie-nue-de-gianluca-virgilio/

Vous pouvez vous les procurer en vous adressant directement à l’auteur,

gianlucavirgilio@libero.it

ou à moi-même :

contact@sergeboularot.fr

 

Serge Boularot

Opacité et Transparence

par Annie Gamet

 

La recherche d’une illustration pour la couverture du livre La vie nue, qui soit belle, chargée de sens et susceptible d’entraîner le lecteur dans l’univers de l’auteur, Gianluca Virgilio, crée l’occasion d’une nouvelle rencontre avec l’œuvre de Serge Boularot.

 

En effet, le choix de la sculpture Alter ego pour la couverture du livre Résonances Salentines, paru il y a quatre ans s’était déjà imposé comme une évidence. Je ne reviens pas sur le contenu du recueil, ni sur les circonstances de sa parution expliquées dans l’introduction du livre. Je dirai seulement que lorsque Walter et moi avions proposé à Gianluca de regarder les photos des dernières créations de Serge, représentations de corps ou morceaux de corps sculptés dans une terre durcie, noircie par la cuisson raku, l’écrivain avait d’emblée ressenti cette sorte d’affinité rare entre sa propre voix et celle d’un artiste pourtant très éloigné de lui par la géographie et par le moyen d’expression. La grande image d’homme debout fièrement dressé sur son socle à la géométrie froide et rigoureuse, comme sur une marche d’appui pour affronter le monde, lui résister, le dominer peut-être, ne rien lui céder, mais si fragile dans son émouvante nudité mutilée, invite à une profonde méditation sur le temps et la mémoire, dans l’intimité de la confidence. Elle enrichit notre perception de la statuaire gréco-romaine telle que les fouilles archéologiques nous l’ont transmise, figures humaines en morceaux, sans bras, sans visage et dont chaque vestige isolé, rendu à son unité essentielle, peuple d’autant plus intensément notre monde intérieur. Le Temps, ce grand Sculpteur, écrivait Marguerite Yourcenar, il est là à l’œuvre dans l’imaginaire de l’artiste qui parvient à nous le faire éprouver. Le contraste entre la matière lisse, solide, intacte, comme incorruptible qui compose la partie inférieure du corps et semble avoir traversé les siècles sans dommage, ou être prête à le faire encore, rend d’autant plus touchant le torse à la surface rongée, tourmentée, la peau écorchée, jusqu’à la blessure rouge qui creuse la poitrine, mon cœur mis à nu tel que le voulait Baudelaire abîmé dans la création poétique à la recherche de ses ténèbres intérieures, là où bat la vie, désirée, toujours mystérieuse même sous la carapace rompue.

 

Aujourd’hui, une autre matière a pris la place de la terre opaque dans les fours à haute température de Serge Boularot. Avec de nouvelles cuissons, l’artiste poursuit sa recherche dans la fusion du verre et du cristal et ce qu’il donne à voir c’est une nouvelle présence, pure transparence que le regard traverse avec stupéfaction sans en épuiser la profondeur. Et voilà que je retrouve, au-delà de la matière à laquelle se confrontent l’écrivain salentin et l’artiste lillois, l’un avec ses mots l’autre avec le verre, la même sorte de correspondances qu’il y a quatre ans entre les deux créateurs, comme s’ils avaient au cours du temps, cheminé parallèlement. Qui a eu la chance de parcourir l’un des espaces dédiés aux récentes expositions des pièces de verre de Serge n’a pu échapper à l’attirance qu’elles exercent sur le regard, forçant chacun à scruter leur troublante profondeur, contourner au gré des reflets leur volume mouvant, puis prendre à nouveau le recul nécessaire pour retrouver l’apaisante harmonie de l’ensemble. Ce n’est pas tant la technique qui interroge, encore que la mystérieuse alchimie accomplie par la puissance du feu compte sans aucun doute dans la perception immédiate de la pureté des blocs de verre. La régularité des formes, l’espace intérieur qu’elles délimitent, à la fois légèreté de l’air, fluidité de l’eau, éclat de la lumière souligné par la brillance de quelques fibrilles ou le scintillement de poussière en suspension, subtil révélateur d’un monde végétal dont la vie se fige dans une totale intemporalité, tout cela laisse entrevoir l’image poétique d’un absolu enfin libéré de l’utile, du décoratif, de l’anecdotique. Au moment du choix, même réduites aux deux dimensions de la photographie, l’austérité de Recomposition, sa perfection formelle, la rigueur de l’orthogonalité alliée à la merveilleuse et complexe phyllotaxie du chou romanesco se sont naturellement imposées pour illustrer La vie nue, troisième livre en français de Gianluca Virgilio.

 

Dans l’œuvre de Serge Boularot, le passage de l’opacité de la céramique à la transparence de la pâte de verre, ne constitue pas une rupture mais une continuité. C’est toujours la même tension vers l’essentiel indéfinissable, insaisissable. Le feu agit sur la matière comme une purification que l’artiste cherche à mener jusqu’au point ultime pour n’en retenir que l’esprit. Hier les formes noires de la sculpture raku semblaient avoir absorbé les riches couleurs que l’artiste fait magnifiquement vibrer dans son œuvre peint, aujourd’hui la transparence lumineuse de la pâte de verre les accueille toutes. Pour Serge Boularot c’est toujours vers plus de simplicité qu’il faut tendre, plus d’authenticité et de dénuement, dans une quête d’idéal de pure beauté de la forme, la seule vérité, reflet particulier de « la vie nue ».

26 janvier
2019

Actualités

Voeux chaleureux pour 2019

2019 commence fraichement.

Il ne faut pas se laisser aller au découragement, comme le Génie du froid dans l’opéra de Henry Purcell, dont j’ai utilisé la musique triste ou solennelle, pour la petite animation vidéo ci-dessous.

Rien de tel qu’un peu de chaleur humaine.

 

vœux 2019.  Sequence_01.Image_fixe012.jpg

 

 

 

 

Pour voir la vidéo, cliquez sur la photo ci-dessus.

 

 

Ce sont deux des peties pièces de verre que j’ai présenté pour la dixième édition de Small qui sont mises en scène dans l’animation vidéo Le Génie du Froid. Olivier Muzellec et Jérémy Monceaux m’ont fait la surprise d’une installation mieux encore que d’habitude, peine de poésie et finement adaptée au lieu de l’usine Cavrois Mahieu.  C’est toujours un bonheur de voir ses pièces accueillies avec autant d’attention. Chaud au coeur, Chaleur humaine.

 

 

25 octobre
2018

Actualités

Small#10 anniversaire!!!

Lors de la prochaine nuit des musée, ce sera la dixème édition de Small is beautifull au non-lieu à Roubaix.

Qu’on se le dise!

Fly_Small10_72dpi-1_1000.jpg

 

Fly_Small10_72dpi-2_1000.jpg 

10 ans déjà. souvenir des années héroïques où les conditions étaient plus rudes, c’était surtout la chaleur humaine qui nous faisait tenir. Aujoud’hui, il fait plus chaud et heureusement, c’est tout aussi sympathique.

CIMG9974_1000.jpg
 
 

 

17 octobre
2018

Actualités

Haacht, Biennale internationale du verre

IGB-2018-BS.jpg
 

 

 

La biennale de Haacht ne s’organise pas, comme c’est souvent le cas, autour d’une tradition verrière régionale. Maurice Van der Speeten, organisateur et commissaire, articule avec rigueur et exigence quatre biennales : céramique, tissus, papier, et verre. Une cohérence artistique qui met en évidence le rôle du matériau dans la création contemporaine. Une bonne façon de renoncer à l’opposition entre arts plastiques et métiers d’art.

À l’invitation de Maurice Van der Speeten et de la fondation artistique KUNSTSTICHTING PERSPEKTIEF VZW, je présente une suite de sculptures de verre.

 

Centre Culturel Communal/Gemeenschapscentrum “Den Breughel”

Wespelaarsesteenweg 85, B - 3150 Haacht

 

Pour voir la situation géographique

Pour plus d’informations

 

Je ne suis pas sur place, mais je serai présent pour le vernissage vendredi 30 novembre à 20h. N’hésitez pas à me prévenir de votre éventuelle visite, je ferai au mieux pour vous y accueillir.

Notez que l’entrée de l’exposition est payante.

 

1 septembre
2018

Actualités

Biot international glass festival

AFFICHE_Biot__site.jpg
 

 

 

 

Le BIG BIOT semble privilégier la technique du soufflage, pourtant nous serons quelques-uns à présenter des pâtes de verre à Biot. Souhaitons que le public de la côte d’azur soit sensible à cet aspect du verre.

 

Je serai sur le stand les trois jours pour vous accueillir et montrer mes dernières pièces dont certaines sont encore dans le four.

10H - 19H 

EXPOSITION VENTE

Salle Gilardi, Complexe Sportif Pierre Operto

1, chemin des Combes BIOT

 

le BIG Festival les 21, 22, 23 septembre 2018. Une expérience unique ! Venez découvrir les créations des maîtres verriers français et internationaux lors du premier festival international du verre à Biot : expositions, marché d’art, soufflage de verre en plein air, animations grand public, projections de films, conférences, visites d’ateliers et démonstrations. Une programmation exceptionnelle et des artistes qui nous font le privilège de venir partager avec vous leur passion et le mystère de cette matière envoûtante.

 
 
 
quelques liens vers des sites amis

L’Atelier 2 – Arts Plastiques se définit depuis trente ans comme une « Ecole du Regard »

PPGM  Depuis octobre 1995, la plus petite galerie du monde (OU PRESQUE) est une galerie d’art pas tout à fait comme les autres.

Lasécu espace d’art contemporain Rendre l’art contemporain simplement accessible à tous.
LE NON-LIEU  Développer les liens entre aspects patrimoniaux et manifestations contemporaines de la culture.

KERAMIS  Centre de la Céramiquede la Fédération Wallonie - Bruxelles  Espace d’art et de culture, de recherche et de création dédié à la céramique.

Passeurs de mémoire Fondation Famawiwi

Dare d’Art   un collectif d’artistes contemporains,verriers et céramistes, de collectionneurs et de passionnés .

Musée du verre Carmaux   Sous la houlette de Laurent Subra, son directeur, la vocation du Musée/Centre d’Art du verre est d’associer conservation et valorisation du patrimoine et dynamiser la création contemporaine dans le domaine du verre.

Biennale de Haacht  Maurice Van der Speeten Danielle Van Belle, organisent, avec rigueur et humanisme, quatres biennales d’une grande exigeance artistique, dans les environs de Bruxelles. Verre, Céramique, Tissus et Papiers.

5 juillet
2018

Actualités

Verre contemporain - Dare d’Art à Conques

conques-2018--pour--web.jpg
 

 

Une grande complicité lie Dare d’Art au Centre Européen depuis 2010, qui lui offre carte blanche tous les mois d’Août. Cette exposition est devenue un rendez-vous culturel attendu. L’exposition de Conques offre avec la présence d’artistes soucieux de médiation et d’échanges sur les techniques et leurs intentions artistiques, une belle opportunité de rencontrer des verriers et de partager leur passion pour le verre.

Nous serons présents par groupe de deux, chaque jour de l’exposition, durant tout le mois d’août.

 

Du 27 juillet au 25 août 2018

Vernissage le Jeudi 2 août 18h30

Centre culturel – 12320 CONQUES

www.centre-europeen.com

www.asso-daredart.fr

 

Les exposants du collectif :

Laetitia Andrighetto & Jean-Charles Miot,

Roselyne Blanc-Bessière,

Serge Boularot,

Muriel Chéné,

Valérie Fanchini,

Sylvie Freycenon,

Valérie Grange,

Eri Maeda,

Cyrille Morin,

Julia Robert.

Invités : Victor Deniau, Matthieu Gicquel.

 

Ouverture : Tous les jours de 10h à 13h et de 15h à 19h

Entrée libre et gratuite

Les pièces exposées sont disponibles à la vente.

 

Renseignements :

Centre européen de Conques

12320 Conques-en-Rouergue

Tél. 05 65 71 24 00

collectif.daredart@gmail.com

 

 

Vernissage

vernissage_Conques_SITE.jpg
 

Ruthénoises, ruthénois et les amis aveyronnais avaient fait le déplacement pour inaugurer l’exposition annuelle de Dare d’art à Conques, ce jeudi 2 août.

Retrouvailles amicales avec nos hôtes, Anne de Dominicis pour le Centre Européen qui est toujours aussi accueillant à notre association, et Messieurs le Maire de Conques en Rouergue et le Maire délégué de Conques, eux aussi toujours satisfaits de notre présence dans leur centre culturel.

 

20180802_171914_cadree_site.jpg
 

Une exposition de prestige dont la dimension artistique, avec ses pièces uniques, mais aussi culturelle grâce à la diversité des démarches, des pratiques et des techniques de mise en oeuvre du verre, si particulière à notre collectif. Nous sommes heureux de correspondre à leur attente. La scénographie est plus ouverte cette année avec les possibilités offertes par les nouveaux socles conçus et réalisées pour l’association.

 

La pièce de l’affiche n’a pas retrouvé son éclairage du soleil de Tournai, mais, et c’est le propre de nos pièces hyalines, chaque lieu, chaque heure, chaque lumière créent une nouvelle oeuvre.

Seve_noire_Conques_2018_site.JPG
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8 mai
2018

Actualités

Solid'Art au Palais Rameau, Lille

AFFICHE-2018-A3-BD-petit-Format-site.jpg
 

 

Voilà longtemps que je n’avais plus participé à une exposition organisée par le Secours Populaire de Lille. Cette expo-vente s’organise pour une bonne cause : des vacances pour les plus pauvres.

Elle a un autre mérite, celui de confronter un  bel ensemble de plasticiens de la région Lilloise avec leurs inégalités mais aussi leur diversité. Paradoxalement, c’est une occasion assez rare à Lille. Certes il y a de la culture à Cuba … et sans doute à Lille aussi.

Ce sera l’occasion pour moi de renouer avec la peinture et de présenter aussi des sculptures céramiques.

8 mai
2018

Actualités

Kunsteroute à Kortemark Belgique

Affiche_recto_cadree.jpg
 

 

 

La Flandre est accueillante à mes sculptures. Après Haacht, puis Bruxelles, voici installé dans le cadre de la route des arts, un ensemble de six gandes pièces dans le magnifique hall de l’entreprise de batiments industriels Luc Vulsteke.

Car la route des arts de Kortemark n’est pas une manifestation artistique ordinaire. Les Flammads, les Belges en général, ont un rapport à l’art bien plus décontracté que nous. Rapport decontracté mais profond. Autant que dans les musées et les galeries, l’art s’y vit au quotidien.

Une quinzaine de lieux sur l’ensemble de la commune, entreprises, centres de culture et lieux privés, montrent les oeuvres dans l’espace de tous les jours. Une des meilleures façons de le montrer, de le rendre accessible et peut-être enfin nécessaire.

 

10,12 &13

19, 20 & 21 Mai

de 10 à 19h

 

Vues de l’installation.

DSC01733-copie-site.jpg
 
DSC01738-pour-le-site.jpg
 

 

Merci à Tine et Roger Lievens et à Gaby Marcus, ainsi qu’à tous les membres de l’association OOKunst pour leur accueil chaleureux et leur rigoureuse organisation.

 

page 1 de 8